Bleus et remèdes...

Il y a le bleu contre les bleus…

Il y a l’or de l’aube

Il y a les ciels de printemps, diaphanes, fragiles,

En découpe de gris et de roses

Il y a des ciels noirs et des verts violents qui embrasent le regard.

Il y a des arbres sous la pluie,

Les arbres dans la lumière du soir,

Les arbres en ombres chinoises…

Il y a des bleus au cœur et des cœurs malades

(Au coin de la rue, Brigitte est revenue après un séjour à l’hôpital où l'on soigne le sien.)

Il y a un minuscule ours bleu offert par Anne et dont on constate, plus tard,

avec ravissement, qu'il phosphore dans le noir des nuits blanches.

Il y a des ciels qui arrivent du ciel et font penser au sourire de l’Ange

Il y a le désir d’un concert de piano des Arts Renaissants au Salon Rouge, le soir, et le plaisir de l’attente.

Il y a ce petit déjeuner pris chez Marco, occasion d’un échange fortuit avec monsieur Xavier qui laisse rêveur et amusé.

Après de savants calculs faits à la BM quand le système informatique n’est pas trop poussif, cet étonnant personnage rêve de représenter à l’échelle d’un seizième de milliardième, je crois, la taille du soleil par rapport à celle de la terre ainsi que la distance de l’un à l’autre.

Ainsi, la terre serait représentée par une tête d’épingle et le soleil par un ballon de foot distants l’un de l’autre de 23 mètres et seule la place du Capitole permettrait cette démonstration qu’il souhaiterait organiser en exposition.

L’étape suivante, non résolue encore, serait de donner à voir la vitesse de rotation de la terre qui est, paraît-il, prodigieuse ! Si prodigieuse que mon pauvre esprit n’a pas retenu le chiffre de cette vitesse démente.

Le prodige, à mes yeux, reste monsieur Xavier penché à présent sur la page du TURF et les timides floraisons de ses jardinières…

Il y a des messages affectueux qui sont autant de baumes réconfortants.

Il y a les SMS marchand de sable qui permettent de traverser la nuit.

Il y a l'amitié, les instants impromptus qui rendent joyeux quand on ne s'y attend pas.

Il y a le moment où l'on trouve le courage qu'on ne pensait plus avoir.

Il y a un tableau en cours, couleur du temps, avec grand ciel bleu, herbe verte et bidule rose !

A l'affiche
Articles récents
Liste de Tags
Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

Archives

Catherine Dhomps