CYCLOPE

 

 

CYCLOPE - LE GEANT

 

Volontairement grandi, libéré de son socle comme s'il allait se mouvoir, le cyclope nous fixe de son œil mort. A ses pieds, les gens vont et viennent, presque indifférents. Point d'effroi, tout au plus, marquent-ils une légère perplexité.

« Giant figure », grand bronze de Thomas Houseago, se dresse à proximité du théâtre Sorano à Toulouse.

Au fond, le mot « musée », suggère le lieu où l'œil, habituellement, est invité à regarder mais où les passants ne vont pas, ni ce tableau n'est exposé puisque le voilà ici à la recherche de son public.

 

CYCLOPE - L'OEIL

 

« L'œil » fait référence à une sculpture de neuf mètres de diamètre qui voyage aux USA , œuvre de Tony Tasset, artiste plasticien américain qui précise que son œuvre surréaliste n'a rien d'autre à dire que ce qu'elle est, un œil géant.

 

Ici, au contraire, l'œil participe de la scène et multiplie les mise en abyme.

Son introduction dans le diptyque du Cyclope fait écho au théâtre où se jouera la pièce sous le regard des spectateurs, à notre regard de visiteurs qui regardons l'œil dans le tableau de l'œil qui nous regarde, à celui de la peintre qui peint l'œil, qui nous regarde et joue des redoublements.

 

Le Géant (panneau gauche)         

L'Oeil  (panneau droit)

Catherine Dhomps