L''imagination court avec l'encierro.  Le galop des taureaux introduit le mouvement sur la toile.

Il libère la fantaisie, le rêve, le jeu et l'épouvante.

 

Le N° 111, premier de la série est né du souvenir vivace, angoissant et amusé quand le hasard vous place au coeur même de la course dans la foule qui se met soudain à courir.

C'est le récit de ce bref moment d'incompréhension, de paralysie dans la débandade, les cris, la bousculade, les coups de coudes, le sons des sabots, le bruit de ferraille lorsque surgit le premier taureau, qu'il vous frôle furieusement, occupé à la poursuite d'un autre et que sans savoir comment, vous vous retrouvez juché sur le rebord étroit d'une haute fenêtre, agrippé à rien, tandis qu'au raz des pieds d'autres monstres ont passé dans un nuage de poussière.

Ce bref moment de surprise et de frayeur ultérieure s'imprime à jamais. La seule façon d'exorciser et prolonger ce terrible et délicieux moment, c'est de le décliner à l'infini sur la toile.  

 

Les Encierros et moi - Le 111

111 - Encierro

Catherine Dhomps