Ma série ART - Buren

Une flânerie dans la cour d'honneur du palais Royal à Paris, suivie d'une promenade sur un sentier du Parc de la Grande Plaine à Toulouse, fut l'occasion de revisiter « Les Colonnes » de Buren dans une version bucolique.

Ce tableau inaugure également l'apparition des chiens pisseurs. D'autres sont cachés dans d'autres oeuvres.

 

 

L'année suivante, en rappel de l'oeuvre picturale de Buren, un tout petit format vit le jour, "La robe rayée".

Buren prône un "programme minimum d'action".

- il n'hésite pas avec d'autres collègues à décrocher l'intégralité d'une exposition à peine installée en la remplaçant par une banderole

"BUREN MOSSET PARMENTIER TORONI N'EXPOSENT PAS"

- et entend que le spectateur redécouvre le lieu à partir de ses installations.

Ici, le tableau montre un couple imperméable au décor. La dame, ignorant qu'elle tient lieu de « happening » porte une robe rayée. Au spectateur de choisir son angle de regard.

La robe rayée (24x19 - 2002)

 Les colonnes de Buren (27x35 - 2001)

J

Les colonnes de Buren (22x27 - 2017) - Version 2

Catherine Dhomps