Happée...

Il y a des moments où tout échappe.

Rien ne va tout à fait, sans raison autre qu'une accumulation, un trop plein, un ras-le-bol.

On se sent flou, essouflé, décalé, à la traîne, impuissant.


"Et le temps m'engloutit minute par minute,

Comme la neige immense un corps pris de roideur"

(Baudelaire - Le goût du néant)

Triptyque de la lumière (panneau gauche - détail)

Encombré dans les décombres.

Esclave du temps.


Les tableaux restent prisonniers, encagés dans la mémoire, perdus parfois.


La vie, les vies, empêchent.



On rêve d'une cellule monacale.

Un atelier à soi.

Se retirer pour se retrouver.

Luxe inouï.

Le triptyque de la lumière - panneau droit

A l'affiche
Articles récents
Liste de Tags
Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

Archives