Dans mes yeux

TILLEUL


Sous le tilleul, serpentent des rêveries. Les fruits font songer à de minuscules citrons ou à des noyaux bien léchés. Un goût d' anis vient sous la langue. Quelques gouttes d' or se mêlent aux verts. J'ai soif. La rétine se perd sans atteindre au bleu. Les rêves s'éparpillent, occupés de bruissements, froissements, frissonnements multipliés. Le ciel se fait oublier. Je voudrais m'en aller. La chaleur m'emprisonne dans le cercle. Des images étranges se mêlent au feuillage. Le désir s' estompe. Les oiseaux sont absents. Rester. Bouger....L'ombre me retient.


Oedipoda Germanica meridionalis


Ouest : parme, lointain. De minces écharpes mouvantes gomment les sommets. Nord : bleu violent, carrément IKB, au-dessus des pins. Est : limpide, immense, sans rêves. Sud : jaune, brûlant, aveugle, renvoie des mirages poudreux. Détente d'un criquet, soudain, sous le pied qui sursaute : point gris - vol rouge - point gris. Point gris - vol rouge - point gris. A nouveau, en danse saccadée et gracieuse. Point - trait - point. Broderie, motif, message codé ? Mèche en bataille, mollets griffés, je cours à la poursuite des ailes moqueuses. L'Orthoptère me nargue. D' autres, virgules nerveuses, s'envolent à leur tour. La flamme écarlate agace le coin de l'oeil. Je souris.


VENT


Les nuages se croisent, s'embrassent, s'épousent Des bouches bleues se ferment Les arbres imitent les vagues Aucune brèche silencieuse pour respirer Léger enivrement La peau frissonne Tous les gris se partagent le ciel Des écumes jaunes ourlent des gouffres noirs


PAREIDOLIES


Un cœur crémeux, ventricules gonflés, se disloque Des anneaux de fumée s'évaporent L'un d'eux, parfait, s'attarde Mes pensées s'engourdissent, oublieuses Un bison trapu devient licorne Un autre, déjà, s'effiloche Des territoires étranges, lentement, voyagent dans le bleu du ciel



A l'affiche
Articles récents
Liste de Tags
Me suivre
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

Archives